Nicéphore Ier, Patriarche de Constantinople, Saint

Patriarcat du 12 avril 806 au 13 mars 815; théologien et historien byzantin, né à Constantinople vers 758; décédé en exil près de Chalcédoine, le 2 juin 828. Nicéphore était à l’avant-garde de la bataille contre l’iconoclasme. Son père, Théodore, de noble lignée et secrétaire impérial de l’empereur constantin v, avait subi à deux reprises la torture, la dégradation et le bannissement pour défendre la vénération des images et était mort en exil. Sous tarase, son prédécesseur au patriarcat, Nicéphore devient, comme son père, secrétaire impérial (770-80) et à ce titre participe au Concile de Nicée ii (787). Il se retira plus tard dans un monastère, bien qu’il ne soit pas devenu moine, peut-être parce qu’il était tombé en disgrâce à la cour ou qu’il voulait des loisirs pour étudier. Il a été choisi à la tête de la plus grande maison pauvre de Constantinople, peut-être par l’empereur Nicéphore Ier lors de son accession (802). Quatre ans plus tard, il fut nommé patriarche contre l’avis de Théodore le studite, mais il s’associa bientôt à Théodore contre l’empereur Léon V dans la controverse sur l’iconoclasme. En 815, il fut déposé et exilé près de Chalcédoine. Il utilisa son temps pour produire des traités anti-iconoclastes (voir église byzantine, histoire de).

Deux de ses principaux travaux dogmatiques sur l’iconoclaste horos et florilegium des textes patristiques de 815 ne sont toujours pas édités. Son Apologétique majeur et mineur et trois Antirhétikoï ou Diatribes (813-820) sont importants car ils conservent des extraits des écrits de l’empereur Constantin favorisant l’iconoclasme. Les travaux de Nicéphore sont importants pour la critique des sources patristiques qu’il introduit dans ses arguments théologiques. Il a également écrit une histoire, le Breviarium ou Historia syntomos, couvrant les années 602-769. L’authenticité de plusieurs œuvres canoniques et poétiques attachées à son nom est contestée.

Après sa mort, ses ossements furent traduits à Constantinople par Méthode (847) et inhumés dans l’église des Saints-Apôtres le 13 mars.

Fête: 13 mars (Églises latine et grecque); 2 Juin (Église grecque).

Bibliographie : Patrologia Graeca. ed j. p. migne (Paris 1857-66) 100:201-850. c. g. de boor, éd., Nicéphore op opuscula historica (New York, 1975). l. orosz, ed., Le manuscrit londonien de Nicéphore « Breviarium » (Budapest 1948). r. p. blake, Byzance 14 (1939) 1-15. v. grumel, Revue des études byzantines 17 (1959) 127-135. j.b. pitra, Spicilegium Solesmense (Paris 1852-58) 1:371-503; 4:292-380. h. g. beck, Kirche und theologische Literatur im byzantinischen Reich (Munich 1959) 490-491. r. janin, Dictionnaire de théologie catholique, éd. a. vacant et coll. (Paris 1903-50) 11.1:452-455. g. moravcsik, Byzantinoturcica, 2 v. (éd. 2d. Berlin 1958) v.1. p. j. alexandre, Le patriarche Nicéphore de Constantinople (Oxford 1958, repr. New York, 1980). r. m. mainka, « Zum Brief des Patriarchen Nikephoros I von Konstantinopel an Papst Leo III », Ostkirchliche Studien 13 (1964) 273-281. p. o’connell, L’ecclésiologie de Saint Nicéphore Ier (Rome 1972). j. travis, Dans La Défense de la Foi: La théologie du patriarche Niképhore de Constantinople (Brookline, Mass. 1984). k. parry, Dépeignant le Mot: Pensée iconophile byzantine des VIIIe et IXe siècles (Leiden 1996).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.